Une question ? Un Renseignement ? Contactez-nous !

05.62.35.06.09

Les Padouens, les Hôpitaux

novembre 22, 2010 by Trie-sur-Baïse No Comments

Les Padouens, les Hôpitaux

Les Padouens

 
 » Les padoens  » 

 

Les padouens étaient des terrains vagues servant à la dépaissance des animaux.
Ce mot est issu du latin « padere » et a donné les termes: paoden, pascua, …
 

Ces terrains étaient à la disposition des consuls et de la communauté. Ils se situaient en dehors de la ville, mais cependant dans le paréage.

Deux de ces padouens ont pu être localisés de façon quasi certaine sur les quatre existant. L’un au nord-est de la ville, au carrefour de l’actuelle route de Castelnau et de Duffort, est actuellement aménagé en jardin public; l’autre à l’opposé, au sud-ouest de la ville à droite de l’ancienne route de Bagnères en direction de Lapeyre.

 Ces terrains avaient une contenance de 3 « arpents de gascogne » chacun, soit en tout 45 « journaux » pour les quatre padouens.
 

 

 

Les Hôpitaux

 

La ville de Trie-sur-Baïse posséda deux hôpitaux (article 63 des Coutumes et Privilèges) : l’hôpital Saint-Jacques et l’hôpital Saint-Antoine.

L’hôpital Saint-Jacques, destiné aux pauvres, était situé au sud de la ville de Trie, en bordure de la route dite « de Bagnères » adossé au mur d’enceinte près du « portau » sud. 
 
Quant à l’hôpital Saint-Antoine, destiné aux pèlerins de passage, était situé rue des Pénitents près du « portau deth devath » (Nord) à l’intérieur des murs.
 

A côté se situait la chapelle des pénitents blancs, Notre-Dame de la Pitié, à l’angle de la rue des Pénitents et de la rue du Padouen, angle sud (ces pénitents blancs étaient pour la plupart des artisans).